DE
HORS

Flore urbaine

Flore du jardin de la Porte Dorée

La petite flore urbaine fait la description des végétaux du jardin avec les dates de leur introduction en Europe et leurs usages ethnobotaniques. Une bibliographie et des textes choisis complètent le projet pédagogique du jardin.

La végétation n’est pas qu’un élément urbain, un aménagement paysager anonyme, mais une nature compagne qui nous entoure, nous protège, dans laquelle nous trouverons refuge et solution à nos problèmes au quotidien. L’espace public n’est plus un espace anonyme, c’est un espace que nous partageons, un espace qui nous appartient, un espace commun. Nous avons fini par comprendre que le vivant était complexe et difficile à apprendre. En allant à la rencontre du square de notre quartier, sa part de nature peut nous paraître insignifiante. Pourtant c’est dans ce paysage ordinaire que nous devons reprendre notre questionnement sur la biodiversité. C’est dans ces lieux banalisés par le quotidien que la pensée et l’expérimentation doivent avoir lieu et se renouveler. Les problématiques écologiques liées aux usages de chacun y sont innombrables, et une solution unique applicable partout n’existe pas. Ce constat nous a amené à construire ce jardin comme un ‹ Laboratoire du Dehors ›.

 

 

1 - Acca sellowiana (O.Berg.) Burret.

Feijoa, Goyavier du Brésil

Myrtaceae

Origine géographique : Amérique du Sud : Brésil, Uruguay, Argentine.

Introduction en Europe : Introduit en 1898.

Description : Ce fruitier subtropical est très décoratif, qu’il s’agisse de son écorce, son port, son feuillage persistant ou sa floraison. Apparition de très belles fleurs blanc-rosé au mois de juin ou juillet, pourvues de grandes étamines d’un beau rouge contrastant à anthères jaune.

La floraison est relativement longue puisqu’elle dure un mois. À l’issue celle-ci se développent des fruits comestibles, de forme ovoïdes et à la peau verte et lisse, semblables aux fruits de la passion. Ils prennent une teinte jaune à maturité vers le mois de septembre ou octobre selon la région.

Propriétés alimentaires : On mange les fruits crus ou cuits. Ils ont un délicieux goût, ressemblant à un croisement entre un ananas et une fraise. Le fruit est meilleur consommé cru, mais il peut également être utilisé dans les tartes, gâteaux, desserts, confitures, gelées, etc. Les fruits peuvent subir des dommages à cause de gelées d’automne, malgré que le goût se développe mieux à basse température.

Apparition de très belles fleurs blanc rosé au mois de juin ou juillet, pourvues de grandes étamines d’un beau rouge contrastant à anthères jaune. La floraison est relativement longue puisqu’elle dure un mois. A l’issue celle-ci se développent des fruits comestibles (au gout ressemblant à celui de l’ananas), de forme ovoïdes et à la peau verte et lisse, semblables aux fruits de la passion. Ils prennent une teinte jaune à maturité vers le mois de septembre ou octobre selon la région.

 

 

2 – Albizia julibrissin Durazz. ‘Summer Chocolate’®

Arbre de soie ‘Summer Chocolate’®

Leguminosae

Origine géographique : Asie occidentale et Asie de l’Est : de l’Iran à la Chine.

Introduction en Europe : Albizia julibrissin  a été introduit en 1918 par Ernest Wilson.

Description : Albizia julibrissin ‘Summer Chocolate’ obtention japonaise récente. Il se différencie de ses confrères par son feuillage très surprenant, finement divisé, au coloris chocolat inédit. De juin à septembre, une floraison abondante rose bonbon se démarque du feuillage sous la forme de plumets ou houppettes soyeuses d’étamines en aigrettes. Cette variété est également intéressante pour le parfum des fleurs.

 

 

3 – Aralia elata (Miq.) Seem.

Aralia ailée, Angélique du Japon

Araliaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Russie extrême-orientale (Amour, Khabarovsk, îles Kouriles, Primorié, Sakhaline), Chine (Anhui, Fujian, Gansu, Guangdong, Guangxi, Guizhou, Hebei, Heilongjiang, Henan, Hubei, Hunan, Jiangsu, Jiangxi, Jilin, Liaoning, Shaanxi, Shandong, Shanxi, Sichuan, Yunnan, Zhejiang), Japon, Corée.

Introduction en Europe : Introduit en 1830.

Description : Arbuste à tronc épineux, gris. Grandes feuilles (1 m) alternes, bipennées. Le feuillage se teinte de jaune-orangé à l’automne. Petits fruits noirâtres contenant cinq graines brun clair. Les fruits sont convoités par les oiseaux.

Propriétés alimentaires : Les jeunes pousses sont consommées en Russie et en Asie.

Propriétés médicinales : Les jeunes pousses ont des propriétés médicinales anti-sclérotiques; elles ont aussi des actions sur le système nerveux central et sont utilisées dans le traitement de l’asthénie, de la neurasthénie et de la dépression, et aussi comme tonique général. Les racines aromatiques ont également des propriétés médicinales : pectorales, diaphorétiques, sudorifiques. Elles sont utilisées en application externe sur les ulcères.

Usages divers : Les jeunes pousses sont utilisées en cosmétologie

 

 

4 – Arbutus unedo L. ‘Atlantic’

Arbousier, Arbre à fraises ‘Atlantic’

Ericaceae

Origine : Le cultivar ‘Atlantic’ est d’origine horticole. C’est une réelle amélioration de l’arbousier commun (Arbutus unedo), dont l’origine géographique est l’Afrique du Nord (Algérie, Maroc, Tunisie), l’Europe (Irlande, France, Portugal, Espagne, Italie, Grèce, Albanie, Bulgarie, Croatie, Ukraine) et l’Asie tempérée occidentale (Chypre, Liban, Syrie, Turquie).

Description : Cette variété a l’avantage d’être à la fois vigoureuse, compacte et très fructifère.

Floraison blanche en clochettes à l’automne.

Propriétés alimentaires : Les arbouses, fruits de l’arbousier, assez méconnues en France, sont appréciées en Espagne où elles entrent dans la composition de certains gâteaux, et au nord du Maroc, où les enfants les vendent au bord des routes du Rif, en novembre, ainsi qu’en Algérie.

Ces fruits peuvent être consommés crus, utilisés pour la confection de confitures et de pâtisseries, ou fermentés pour produire une boisson alcoolisée. Ils possèdent une très légère toxicité : consommés crus en trop grande quantité, ils peuvent induire des coliques bénignes.

Propriétés médicinales : On attribue à l’arbousier des propriétés anti-inflammatoires ; il est efficace contre les rhumatismes. En décoction, la racine est utilisée contre l’hypertension. Les feuilles, l’écorce brun rouge et les racines sont astringentes et diurétiques. Elles sont aussi antiseptiques et sont donc utiles dans le traitement des affections de l’appareil urinaire telles que la cystite et l’urétrite. Leur action astringente les rend utiles dans le traitement de la diarrhée et de la dysenterie et, comme avec beaucoup d’autres plantes astringentes, un gargarisme peut-être fait avec l’arbousier pour traiter les maux de gorge lorsque celle-ci est irritée. Les feuilles sont récoltées en été et séchées pour une utilisation ultérieure.

Usages divers : Le bois est utilisé pour le tournage des flûtes grecques. Il fait un bon charbon de bois.

 

 

5 – Calycanthus floridus L.

Arbre aux anémones

Calycanthaceae

Origine géographique : Amérique du Nord : Etats-Unis (Pennsylvanie, Virginie occidentale,

Alabama, Floride, Géorgie, Kentucky, Mississippi, Caroline du Sud, Tennessee).

Introduction en Europe : Introduit en 1726.

Description : Arbuste caduc, buissonnant et drageonnant légèrement. Feuilles aromatiques ; fleurs rouge pourpré, s’épanouissant en mai, originales et parfumées. Couleur du feuillage en automne : jaune.

Propriétés alimentaires : L’écorce aromatique est séchée et utilisée comme un substitut à la

cannelle.

Propriétés médicinales : Antispasmodique, désinfectant. La plante contient un alcaloïde qui a un effet dépresseur puissant sur le cœur. Un thé fait à partir de la racine ou de l’écorce a été

utilisé comme diurétique et puissant émétique ainsi que pour soigner les affections des reins et de la vessie. Un thé froid a également été utilisé sous forme de gouttes pour les yeux, pour le traitement de la vue défaillante. Le suintement de l’écorce a été employé pour traiter les plaies des enfants et l’urticaire. Les feuilles contiennent de petites quantités de camphre ; elles peuvent être utilisées comme insectifuge et désinfectant.

 

 

6 – Carex testacea Sol. ex Boott

Laîche orange 

Cyperaceae

Origine : Nouvelle-Zélande

Description : Un grand Carex aux teintes de feuillage inédites chez les autres Carex, vert olive se teintant d’orange sur les parties exposées au soleil. Fin épis cylindriques brun clair.

 

 

7 – Cephalaria gigantea (Ledeb.) Bobrov

Scabieuse géante jaune 

Dipsacaceae

Origine : Europe, Asie, Proche-Orient

Description : Très rustique et d’une vigueur peu commune, cette géante donne aux massifs une présence délicate avec ses fleurs jaune pâle semblables à celles des scabieuses. La souche s’installe lentement, mais donne une plante imposante.

 

 

8 – Chimonanthus praecox (L.) Link

Chimonanthe odorant

Calycanthaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine (Anhui, Fujian, Guangdong, Guangxi, Guizhou, Henan, Hubei, Hunan, Jiangsu, Jiangxi, Shaanxi, Sichuan, Yunnan, Zhejiang).

Introduction en Europe : Introduit en 1766.

Etymologie : Le nom Chimonanthus vient du grec « kheimon » qui désigne l’hiver et « anthos » qui veut dire fleur, et l’adjectif praecox signifie précoce en latin.

Description : Arbuste érigé, ramifié. Sur les branches de l’année précédente, des petites fleurs parfumées, à odeur de jacinthe ou de miel, apparaissent de la fin de l’automne à l’hiver, suivant le climat.

Propriétés alimentaires : Les fleurs bien lavées, puis cuites, sont mangées avec de l’huile et du sel. Les pétales des fleurs sont utilisés pour parfumer le thé.

Propriétés médicinales : Dans la pharmacopée traditionnelle chinoise, l’écorce et les racines sont utilisées pour soigner la grippe et les rhumatismes. Les feuilles, comme les racines, peuvent être utilisées dans le traitement des contusions, des coupures, des hémorragies, des lumbagos, des rhumatismes et de l’engourdissement. Les fleurs et les boutons de fleurs contiennent de 0,5 à 0,6 % d’huiles essentielles, comprenant alcool benzylique, acétate de benzyle, linalol, terpinéol et indole. L’huile essentielle de chimonanthe est utilisée pour soigner les rhumes. Les graines contiennent, entre autres, un alcaloïde (la calycanthine) qui est une substance très toxique, pouvant provoquer des convulsions.

Usages divers : En Asie, on utilise en parfumerie une huile extraite des fleurs de cette plante.

 

 

9 – Choisya ‘Harrinora’®

Oranger du Mexique ‘Harrinora’®

Rutaceae

Origine : ‘Harrinora’ est d’origine horticole. C’est un hybride entre C. ternata et C. mollis,

obtenu en 1987 par Peter Moore en Grande-Bretagne.

Description : Arbuste persistant, de taille moyenne, de forme arrondie, compacte. Larges feuilles mesurant jusqu’à 7 cm de long, élégantes et odorantes, à folioles ovales et pointues, de couleur vert-gris. Fleurs de 3 cm de diamètre, de couleur blanche, délicates et parfumées, ressemblant à celles de l’oranger, réunies en grappes terminales. Deux floraisons, l’une au printemps et la seconde en automne.

 

 

10 – Cinnamomum camphora (L.) J. Presl

Camphrier

Lauraceae

Origine géographique : Asie de l’Est : Japon (Honshu, Kyushu, îles Ryükyü, Shikoku), Taïwan.

Introduction en Europe : Introduit en 1727.

Etymologie : Le nom camphre vient du latin médiéval « camfora », provenant lui-même de l’arabe « al kafur », du nom malais « kapur Barus » qui veut dire « craie de Barus ». Les marchands malais qui vendaient le camphre aux négociants venus d’Inde et du Moyen-Orient l’appelaient « kapur » à cause de sa couleur blanche. Barus était le port sur la côte ouest de l’île indonésienne de Sumatra, où les marchands étrangers venaient acheter le camphre.

Description : Grand arbuste ou petit arbre touffu, persistant, aux feuilles coriaces, luisantes et aromatiques. Le camphrier est l’arbre emblématique de la ville de Hiroshima, le premier, avec le Ginkgo biloba, à avoir repris après le bombardement atomique.

Propriétés alimentaires : Les feuilles sont utilisées en condiment. Les jeunes pousses et les feuilles sont consommées cuites. Une certaine prudence est recommandée : utilisée en grande quantité, la plante est toxique. Les vieilles feuilles sont séchées et utilisées comme épice.

Propriétés médicinales : Le camphrier a une longue histoire en Orient, avec un large éventail d’utilisations. Il a parfois été utilisé par voie interne dans le traitement de l’hystérie, mais en herboristerie moderne, l’usage interne n’est plus conseillé, et le camphrier est principalement utilisé sous forme d’huile essentielle, obtenue par distillation de copeaux des branches et du tronc, ou à partir des feuilles et des brindilles. Le bois et les feuilles sont analgésiques, antispasmodiques, odontalgiques, rubéfiants, stimulants. Une infusion est utilisée en inhalation pour des bronches congestionnées L’huile essentielle extraite des feuilles a des propriétés stimulantes respiratoires et cardiaques, antiseptiques et anesthésiques. Elle est utilisée en aromathérapie, en particulier dans le traitement des affections digestives et de la dépression. Elle est également employée en usage externe pour le traitement des douleurs musculaires et comme baume pour les engelures, les lèvres gercées, l’herpès labial, les maladies de la peau. Une certaine prudence est conseillée, car son utilisation excessive provoque des vomissements, des palpitations et des convulsions.

Usages divers : Le camphre est utilisé dans la fabrication des parfums et des déodorants. Le camphre est également un insecticide, il est notamment efficace contre les mites. Le bois a été brûlé comme fumigeant au cours des épidémies. Le bois de camphrier est aussi utilisé pour la fabrication de meubles, comme des armoires, et la finition intérieure des bâtiments.

Sa propriété de repousser l’eau le faisait utiliser dans les années 1950 comme « moteur » pour de petits jouets flottants : ces jouets, en plastique très léger, étaient posés sur une petite plaque de celluloïd, dans laquelle on sertissait deux ou trois cylindres de camphre d’un peu plus d’un millimètre : le jouet se déplaçait lentement, par exemple dans une cuvette d’eau ; ce jouet était fourni avec une trentaine de cartouches.

De plus, le camphre est utilisé dans le tir sportif, notamment au pistolet, pour noircir les organes de visée, en le faisant brûler, car il dégage alors une fumée noire.

 

 

11 – Camellia x ‘Cinnamon Cindy’

Camélia champêtre ‘Cinnamon Cindy’

Theaceae

Origine : ‘Cinnamon Cindy’ est d’origine horticole, hybride de C. japonica ‘Ken’yotai’ x C. lutchuensis, obtenu par Ackerman, Maryland, USA, en 1967.

Description : Fleurs miniatures doubles, d’un blanc crème au parfum de cannelle apparaissant de janvier jusqu’à avril. Arbuste vigoureux, érigé et dense.

 

 

12 – Clematis armandii Franch.

Clématite d’Armand

Ranunculaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine (Fujian, Gansu, Guangdong, Guangxi, Guizhou, Hubei, Hunan, Jiangxi, Shaanxi, Sichuan, Xizang, Yunnan, Zhejiang). Asie tropicale : Indochine (Myanmar, Vietnam).

Etymologie : Cette plante fut découverte par le père Jean-Pierre-Armand David (1826 -1900), d’où son nom. Le zoologiste Henri Milne-Edwards, administrateur du Muséum d’histoire naturelle de Paris, sollicita l’aide des missionnaires pour inventorier les espèces animales et végétales de Chine, à cette époque encore très mal connues. En 1862, le père Jean-Pierre-Armand David fut désigné pour la mission à Pékin.

Durant la révolte des Taiping (1850-1864), des Nian et les soulèvements des musulmans qui firent des dizaines de millions de morts, le pouvoir central chinois était très affaibli et subissait en outre les coups de butoir des troupes coloniales franco-britanniques. Le droit d’évangéliser pour les chrétiens fut acquis à la suite de la défaite humiliante subie par l’empire chinois devant les troupes franco-anglaises. Il s’ensuivit une hostilité permanente des mandarins à la solide organisation d’évangélisation missionnaire, vue comme une tentative étrangère de doubler la structure administrative.

Le père David va mener dans les années 1866-1874 trois grandes expéditions naturalistes dans les profondeurs de la Chine. Les envois par A. David de spécimens de plantes et d’animaux au Muséum d’histoire naturelle de Paris sont tout à fait considérables. Emmanuel Boutan qui en a effectué le recensement a trouvé 2 919 spécimens de plantes, 9 569 d’insectes, arachnides et crustacés, 1 332 d’oiseaux et 595 de mammifères.

Introduction en Europe : Introduit par Ernest H. Wilson en 1914. Ernest H. Wilson est né à Chipping Campden, dans le Gloucestershire (Angleterre). En 1897, il commença à travailler aux Jardins botaniques royaux de Kew, où il remporta le prix Hooker pour un essai sur les conifères. Il accepta ensuite un poste de collecteur de plantes chinoises pour le compte de l’entreprise James Veitch & Fils.

Au cours de sa première expédition de collecte, Wilson avait récolté 35 caisses de bulbes, cormes, rhizomes et tubercules, ainsi que des spécimens séchés pour herbier, représentant un total d’environ 906 espèces de plantes, sans compter les graines de plus de 300 espèces végétales. Dans les années qui suivirent, il devint collecteur pour le compte de l’arboretum Arnold et entreprit des expéditions en Chine en 1907, 1908 et 1910, ainsi qu’au Japon (1911-1915) où il recensa 63 espèces de cerisiers. Il retourna en Asie en 1917-1918, explorant la Corée et Formose. À son retour à l’arboretum Arnold en 1919, il fut nommé directeur associé. Trois ans après, il se lança dans une expédition qui devait durer deux ans à travers l’Australie et la Nouvelle-Zélande, l’Inde, l’Amérique centrale et du Sud, et l’Afrique orientale. En 1927, il prit la succession de Sargent à la tête de l’arboretum Arnold.

Description : La Clématite d’Armand possède une floraison exceptionnelle en bouquets de couleur blanc crème dégageant un parfum de fleur d’oranger et de vanille. Le feuillage, rouge pourpre au départ de la pousse, devient ensuite vert foncé brillant ; il est persistant. La floraison a lieu en mars. Les fleurs mesurent 5 cm de diamètre, elles sont étalées, blanches et très parfumées.

 

 

13 – Clematis armandii Franch. ‘Apple Blossom’

Clématite d’Armand ‘Apple Blossom’

Ranunculaceae

Origine : Horticole.

Introduction en Europe : Cultivée depuis 1926.

Description : Cette plante d’apparence exotique est spectaculaire par ses boutons rose vif et ses petites fleurs roses tendres une fois ouvertes. Elle émet un doux parfum de fleur d’oranger, agrémenté d’effluves de vanille. Son feuillage est persistant, avec des feuilles épaisses et lancéolées, facilement reconnaissables, grâce à leurs nervures bien marquées.

 

 

14 – Clematis armandii Franch. ‘Hendersonii Rubra’

Clématite d’Armand ‘Hendersonii Rubra’

Ranunculaceae

Origine : Horticole. Ernest H. Wilson a transporté depuis la Chine des variétés de Clematis armandii, qui ont été gardées au jardin de Henderson à Clovis en Californie. Marshal Olbrich des pépinières Western Hills aurait sélectionné ce cultivar.

Description : Les fleurs sont d’une couleur rose prononcée.

 

 

15 – Clematis armandii Franch. ‘Snowdrift’

Clématite d’Armand ‘Snowdrift’

Ranunculaceae

Origine : Horticole. Cultivar obtenu par Luther Burbank aux Etats-Unis vers 1896.

Description : Clématite à feuillage persistant et lustré. Fleurs blanches, étalées, à parfum de vanille, à anthères crème et pétales fins, groupées en bouquets. Très florifère.

 

 

16 – Clerodendrum bungei Steud.

Clérodendron de Bunge

Verbenaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine (Anhui, Fujian, Gansu, Guangdong, Guangxi, Guizhou, Hainan, Hebei, Hénan, Hubei, Hunan, Jiangsu, Jiangxi, Ningxia, Qinghai, Shaanxi, Shandong, Shanxi, Sichuan, Yunnan, Zhejiang) Taïwan. Asie tropicale : Vietnam.

Introduction en Europe : Introduit en 1844 par Robert Fortune.

Description : Remarquable arbuste caduc, semi-ligneux, aux rameaux foncés, érigés, drageonnant abondamment. Grandes feuilles en forme de coeur, vert foncé. Grandes fleurs en boules, de couleur rose rouge, parfumées, apparaissant en août-septembre.

Propriétés médicinales : Une décoction des feuilles est appliquée en usage externe comme calmant, vermifuge, anti-inflammatoire et carminatif.

 

 

17 – Clerodendrum trichotomum Thunb.

Arbre du clergé

Verbenaceae

Origine géographique : Originaire de l’est de l’Asie (Chine et Japon).

Introduction en Europe : Introduit vers 1880.

Description : C’est un arbuste de taille moyenne. Le port est érigé. Il peut très souvent être ramifié dès la base et donner par la suite un petit arbre multi-troncs. L’écorce des jeunes rameaux est de couleur brun clair et la partie supérieure est remplie d’un beau duvet rouge.

La floraison est de couleur blanche et en forme d’ombelle terminale. Les fleurs sont composées d’un calice à 5 dents qui prend une couleur rose à l’ouverture de la fleur. Les fleurs apparaissent à partir du mois d’août, jusqu’au mois d’octobre. Les fruits sont de couleur bleu porcelaine et ont une forme ronde.

 

 

18 – Cornus ‘Venus’®

Cornouiller du Japon ‘Venus’®

Cormaceae

Origine : Horticole. Cornus ‘Venus’ est un hybride entre C. nuttallii et C. kousa chinensis, obtenu vers 1960 par Dr. Elwin Orton, Rutgers University, Etats-Unis.

Description : En mai, la plante est pratiquement couverte de fleurs (en fait, ce sont des bractées), de couleur blanche, qui peuvent atteindre un diamètre de 15 cm, et qui sont très nombreuses. Le feuillage d’automne est un vrai feu d’artifice et, en octobre-novembre, on peut voir ses fruits ressemblant à des fraises.

 

 

19 – Cytisus x praecox Bean ‘Albus’

Cytise où Genêt précoce ‘Albus’

Fabaceae

Origine : Horticole. Cytisus x praecox est un hybride entre C. multiflorus et C. purgans.

Etymologie : Le nom « cytise » vient du grec « Kytisos » qui était à l’origine le nom d’une espèce de trèfle très répandue sur l’île grecque de Kythnos, puis qui est devenu un nom générique pour un grand nombre de légumineuses. « Cytise » est en effet un nom vernaculaire ambigu, désignant en français diverses plantes, généralement arbustives, de la famille des Fabacées, et qui peuvent appartenir à plusieurs genres : Laburnum, Cytisophyllum et principalement Cytisus.

Description : Le cytise précoce ‘Albus’ est un arbuste à port compact et à tiges arquées. Son feuillage vert foncé crée un beau contraste avec la floraison printanière abondante ; les fleurs, de 1 à 2 cm de long, sont d’un blanc pur. Comme chez tous les Cytisus, le tube du calice se termine par deux lèvres, la supérieure ayant deux dents et l’inférieure trois ; l’étendard est redressé ; les étamines sont toutes soudées par leur filet.

 

 

20 – Cytisus scoparius ‘Burkwoodii’

Genêt à balais de Burkwood

Fabaceae

Origine : Horticole. Obtenteur : Arthur Burkwood, (1888-1951). Avec son frère, Albert, il a fondé en 1928, le Park Farm Nursery, Kingston-on-Thames, Surrey, Grande-Bretagne.

Description : Le genêt à balais de Burkwood est un arbuste dressé à fines tiges arquées et à feuilles caduques. Les rameaux restent verts toute l’année et portent au printemps des fleurs jaune d’or tachetées de rouge foncé.

Propriétés alimentaires : Les boutons floraux de Cytisus scoparius sont utilisés comme un substitut de câpres. Ils peuvent également être ajoutés aux salades, mais seulement en petite quantité ; une certaine prudence est conseillée, car cette plante possède une certaine toxicité. Les sommets de la plante ont été utilisés comme le houblon, pour donner un goût amer à la bière et la rendre plus enivrante.

Les graines grillées sont un substitut de café. Cette espèce est aussi une plante mellifère.

Propriétés médicinales : Cytisus scoparius est une plante amère, qui ralentit la respiration et contrôle l’action du cœur en ralentissant et en régulant la transmission des impulsions. Les jeunes pousses herbacées sont cardiotoniques, cathartiques, diurétiques, émétiques et vasoconstrictrices. Les graines peuvent aussi être utilisées. La plante est fortement diurétique, stimulant la production d’urine et luttant ainsi contre la rétention d’eau.

Cytisus scoparius stimule la contraction des muscles de l’utérus, il a été utilisé pour prévenir la perte de sang après l’accouchement. Cette plante doit être utilisée avec précaution, car de fortes doses sont de nature à bouleverser l’estomac. La composition des ingrédients actifs de la plante est très variable, ce qui la rend peu fiable en médecine, elle est donc rarement utilisée. Elle ne doit pas être prescrite aux femmes enceintes ou aux patients souffrant d’hypertension artérielle.

Les jeunes pousses florifères sont récoltées au printemps, généralement en mai. Elles peuvent être utilisées fraîches ou séchées. Elles ne pourraient pas être conservées plus de 12 mois.

Usages divers : Une excellente fibre est obtenue à partir de l’écorce et utilisée dans la fabrication de papier, tissu et filets. Elle n’est pas aussi solide que la fibre du genêt d’Espagne (Spartium junceum). Les branches sont récoltées en fin d’été ou en automne, les feuilles enlevées et les tiges soumises à la vapeur, afin que les fibres puissent être dépouillées. Les fibres sont cuites pendant 3 heures dans la lessive, puis mises dans un broyeur à boulets pour 3 heures encore. Le papier obtenu est de couleur ocre pâle.

L’écorce est aussi une bonne source de tanin. Une teinture jaune et brune est obtenue à partir de l’écorce. Un colorant jaune est également obtenu à partir de la tige florale et un colorant vert est extrait des feuilles et des jeunes pousses.

Les branches sont utilisées pour fabriquer des paniers, des brosses et des balais. Elles sont aussi parfois utilisées pour couvrir les toits et faire des clôtures ou des écrans.

Une huile essentielle extraite de la fleur est utilisée en parfumerie.

Comme les Cytisus scoparius poussent bien sur les pentes raides, ils sont employés efficacement pour stabiliser les sols ; très tolérants à la coupe, ils se régénèrent rapidement de la base.

 

 

21- Cytisus scoparius ‘Moyclare Pink’

Genêt ‘Moyclare Pink’

Fabaceae

Origine : Horticole.

Description : Arbuste de taille moyenne, de forme érigée et arrondie, cultivé pour son abondante floraison colorée. Feuilles trifoliées mesurant jusqu’à 2 cm de long, de couleur vert tendre, sur rameaux fins et verts. Grappes de fleurs le long des rameaux, à la base des feuilles, mesurant jusqu’à 3 cm de long, et de couleur rose pâle.

 

 

22 – Cytisus x kewensis Bean

Genêt rampant kewensis

Fabaceae

Origine : Horticole. Hybride entre C. ardoinii et C. multiflorus, obtenu en 1896.

Description : Arbuste rampant, très étalé, à tiges et feuilles duveteuses. Ses fleurs sont crème à jaune soufre clair, en bouquets le long des tiges.

 

 

23 – Cytisus ‘Boskoop Ruby’

Genêt ‘Boskoop Ruby’

Fabaceae

Origine : Horticole. Hybride entre C. x praecox et C. ‘Hollandia’, obtenu en Hollande.

Description : Petit arbuste globuleux, portant une profusion de fleurs bordeaux à la fin du printemps.

 

 

24 – Cytisus ‘Zeelandia’

Genêt ‘Zeelandia’

Fabaceae

Origine : Horticole. Hybride entre C. scoparius ‘Burkwoodii’ et C. x praecox.

Description : Arbuste globuleux, compact, à branches arquées, couvert, à la fin du printemps, d’une profusion de fleurs, lilas à l’extérieur et crème à l’intérieur.

 

 

 

25 – Dasylirion glaucophyllum Hook.

Asparagaceae

Origine géographique : Amérique du Nord : Mexique (Hidalgo).

Description : Proches parents des Yucca, les Dasylirion sont des plantes au tronc succulent et au système racinaire épais et puissant. Dasylirion glaucophyllum a des feuilles dressées, longues, fines et étroites, à bords épineux, d’un vert bleuté. La plante adulte forme un buisson de 1,5 à 2 mètres de haut, avec une floraison blanche au printemps.

Propriétés alimentaires : Le Dasylirion est une source importante de nourriture dans le désert pour les Indiens. Les racines sont grillées dans la roche, râpées et bouillies dans des pots, broyées et agglomérées pour faire une pâte. Une espèce très proche, Dasylirion wheeleri, est utilisée pour faire une puissante boisson alcoolisée, largement connue sous le nom « sotol » et considérée comme la boisson alcoolisée traditionnelle de Chihuahua. Le sotol est obtenu par la cuisson (pendant au moins 72 heures) du cœur de la plante, suivie d’une fermentation et d’une double distillation.

Usages divers : Les feuilles des Dasylirion sont utilisées par les indigènes pour fabriquer des nattes et des paniers d’une grande résistance, ainsi que pour la construction de toitures, un peu comme on utilise le chaume.

La moelle du tronc peut servir à l’alimentation du bétail.

 

 

 

 

26 - Decaisnea fargesii Franch.

Lardizabalaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine.

Etymologie : Cette espèce a été dédiée au révèrent père Paul Guillaume Farges (1844-1912), missionnaire apostolique en Chine au Sichuan, qui en a envoyé des graines à Madame de

Vilmorin dans son domaine des Barres (cette espèce existe toujours dans l’arboretum des Barres).

Introduction en Europe : Introduit en 1895 par l’Abbé Farges.

Description : Arbuste au port érigé, décoratif par ses curieux fruits de couleur gris-bleu métallique. Le dessous des feuilles est glauque et illumine l’arbuste à la moindre brise. En automne, le feuillage prend une jolie couleur jaune beurre. Les rameaux sont brillants, jaune olive. Le fruit ressemble à une fève et peut mesurer jusqu’à 10 cm de long.

Propriétés alimentaires : Le fruit est comestible et il a un goût sucré.

 

 

27 - Edgeworthia chrysantha Lindl.

Buisson à papier

Thymelaeaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine (Fujian, Guangdong, Guangxi, Guizhou, Hénan, Hunan, Jiangxi, Yunnan, Zhejiang).

Introduction en Europe : Introduit en 1845.

Description : Arbuste rare, caduc. Fleurs particulières, s’ouvrant en fin d’hiver, blanches aux étamines jaunes, délicieusement parfumées.

Propriétés médicinales : La racine est utilisée en tranches comme remède contre les maladies oculaires.

Usages divers : L’Edgeworthia doit son nom français, Buisson à papier, au fait qu’au Japon, son écorce sert à fabriquer des papiers de grande qualité. En effet, les Japonais utilisent son écorce depuis le XVIe siècle pour fabriquer le fameux washi ou papier japonais.

Les tiges sont extrêmement souples et peuvent être utilisées comme lien.

 

 

28 – Eleutherococcus sieboldianus (Makino) Koidz.

Éleuthérocoque de Siebold

Araliaceae

Origine géographique : Asie de l’Est : Chine, Japon.

Description : Arbuste à port légèrement pleureur, fleurs verdâtres en ombelles, fruits décoratifs noirs, tiges épineuses.

Propriétés alimentaires : Les feuilles séchées sont un substitut de thé.

 

 

29 – Eriobotrya ‘Coppertone’

Néflier du Japon ‘Coppertone’ 

Rosaceae

Origine : Horticole. Hybride entre Eriobotrya deflexa (synonyme: Photinia deflexa) et Rhaphiolepis indica

Description : La plante fleurie et fructifie exclusivement en situation chaude. Le cultivar ‘Coppertone’ possède des très belles jeunes pousses couleur bronze.

Propriétés alimentaires : Le fruit est comestible, il ressemble à de petites poires jaunes globuleuses de 4/5 cm.

 

 

30 – Eriobotrya japonica (Thunb.) Lindl.

Néflier du Japon

Rosaceae

Origine géographique : Chine et Japon.

Introduction en Europe : Introduit en 1787.

Description : Arbuste ou petit arbre à feuillage persistant dont la cime est arrondie. Les feuilles sont vert foncé, dures et coriaces dans la texture, avec une marge dentelée, et densément velouté de poils à l’envers de la feuille.

Propriétés alimentaires : Le fruit est consommé frais et se mélange bien avec d’autres fruits dans les salades. Fermes lorsqu’ils sont légèrement immatures, ils sont les meilleurs pour faire des tartes ou tartelettes. Ils sont aussi couramment utilisé pour faire de la confiture, de la gelée ou du chutney et sont souvent servis pochés dans un sirop léger.

Propriétés médicinales : le sirop de néflier est utilisé dans la médecine chinoise pour soulager la gorge et est un ingrédient souvent utilisé dans les pastilles contre la toux. Les feuilles, lorsqu’elles sont combinées avec d’autres ingrédients donnent une pâte connue sous le nom pipa gao, littéralement « pâte néflier du Japon ». Cette pâte agit comme calmant et expectorant ainsi que comme apaisant du système digestif et des voies respiratoires. Consommés en quantité, les nèfles pouvaient avoir un effet sédatif doux mais perceptible, pouvant durer jusqu’à 24 heures.

 

 

31 – Eryngium agavifolium Griseb

Apiaceae

Origine géographique : Argentine (Córdoba, Santiago del Estero, San Luis).

Description : Cette plante vivace aux feuilles persistantes lancéolées et dentées de plus d’un mètre de longueur, forme des touffes pouvant atteindre 1,50 m. Les inflorescences portent de nombreuses petites fleurs de couleur verdâtre de juillet à septembre.

Propriétés médicinales : Les racines ont des propriétés médicinales : elles sont expectorantes et stomachiques.

 

 

32 – Eucryphia x nymansensis J. Bausch ‘Nymansay’

Eucryphiaceae

Origine : Horticole. Hybride apparu spontanément à Nymans en 1914, découvert par James Comber, chef jardinier de L.C.R. Messel. A reçu de nombreuses récompenses : AM en 1924, FCC en 1926, AGM en 2002. Eucryphia x nymansensis est un hybride entre E. cordifolia et E. glutinosa, espèces originaires du Chili et d’Argentine.

Description : Grand arbuste à feuillage persistant. Floraison abondante en fin d’été. Grandes fleurs blanc pur, en coupes de 6 cm de diamètre, légèrement parfumées.

 

 

33 – Euodia daniellii (Benn.) Hemsl.

Synonyme de Tetradium daniellii (Benn.) T. G. Hartley

Arbre à miel

Rutaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine (Anhui, Gansu, Guizhou, Hebei, Henan, Hubei, Jiangsu, Liaoning, Ningxia, Qinghai, Shaanxi, Shandong, Sichuan, Xizang, Yunnan), Corée.

Introduction en Europe : Introduit en 1905.

Description : Arbuste à croissance rapide. Grandes feuilles pennées vert foncé luisant dessus. Floraison en corymbes de fleurs blanches parfumées. Fruits noirs brillants.

Propriétés alimentaires : Une huile comestible est obtenue à partir du fruit. Mellifère

 

 

34- Euphorbia characias ‘Blue Wonder’

Euphorbe ‘Blue Wonder’

Euphorbiaceae

Origine géographique : Sud Ouest de l’Europe, Afrique du nord

Description : Vivace à port dressé, pouvant atteindre 1m pendant la floraison pour un étalement identique. Feuillage persistant. Feuilles allongées, d’un beau vert bleuté. Jeunes pousses décoratives en forme de crosse.

 

 

35- Euphorbia ‘Fire Slow’

Euphorbia griffithii ‘Fireglow’ (le nom du cultivar ‘Fire Slow’ est introuvable, ce qui laisse supposer que la pépinière à pu se tromper dans la nomenclature)

Description : Têtes florales orange vif, à vérifier à la floraison.

 

 

36 – Genista januensis Viv. subsp. lydia (Boiss.) Kit Tan & Ziel.

(Genista lydia)

Genêt de Lydie

Fabaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Turquie. Europe du Sud : Bulgarie, Grèce, Macédoine, Serbie.

Description : Arbrisseau à rameaux arqués, épineux à l’extrémité. Feuilles vert bleuté. Fleurs jaunes à profusion, en courtes grappes serrées. Dans le genre Genista le calice en tube se termine par deux lèvres, la supérieure profondément divisée en deux lobes et l’inférieure avec trois dents.

 

 

37 – Heptacodium miconioides Rehder

Caprifoliaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine (Hubei).

Introduction en Europe : Collecté en 1907 par Ernest H. Wilson (1876-1930), il ne fut pas introduit en Occident, mais simplement conservé dans un herbier. En 1952, d’autres spécimens furent étudiés et appelés H. jasminoides. Ce n’est finalement qu’en 1980, qu’une expédition sinoaméricaine redécouvre la plante et en ramène des graines et des boutures, qui seront cultivées à l’Arnold Arboretum, ainsi qu’à l’United State National Arboretum.

Description : Grand arbuste avec des fleurs de couleur blanche et au parfum de jasmin, qui apparaissent en larges grappes en fin d’été.

 

 

38 – Holboellia angustifolia Wall. subsp. linearifolia

Lardizabalaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine (Anhui, Guizhou, Hubei, Hunan, Jiangsu, Jiangxi, Shaanxi, Sichuan, Zhejiang).

Introduction en Europe : Collecté en Longzhoushan dans le Sichuan, Chine en 2000 par Crûg Farm Plants, pépinière anglaise.

Description : Wallich est le botaniste qui à nommé le genre Holboellia, en honneur de Frederik Ludvig Holboll (1765-1829). Plante grimpante caractérise par son feuillage persistant beaucoup plus fin que les autres espèces.

Propriétés alimentaires : Fruits comestibles.

Propriétés médicinales : Les racines et les tiges sont employées en médecine traditionnelle.

 

 

39 – Holboellia brachyandra H.N. Qin.

Lardizabalaceae

Origine géographique : Asie tropicale (sud-est de la Chine : sud-est Yunnan). Forêts sempervirentes, entre 1500 et 1600 m.

Description : Une espèce très distincte, ayant était recueilli de Fansipan la plus haute montagne du Vietnam, par Sue et Dan Hinkley, de la pépinière anglaise de Crûg Farm Plants à l’automne 2003. Tiges ligneuses à feuilles persistantes, feuilles composées de 3 folioles larges.

 

 

40 - Holboellia coriacea Diels

Lardizabalaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine (Anhui, Guizhou, Hubei, Hunan, Jiangsu,

Jiangxi, Shaanxi, Sichuan, Zhejiang).

Introduction en Europe : Introduit par Ernest H. Wilson en 1907.

Description : Cette vigoureuse plante grimpante se caractérise par son feuillage persistant et sa floraison printanière très parfumée. Ses feuilles vert foncé sont composées de 3 folioles. En mars, apparaissent, à l’extrémité des rameaux de l’année précédente, des fleurs mâles blanc mauve et à la base des nouvelles pousses des fleurs femelles blanc verdâtre. Des fruits violets, semblables à des quetsches, sont produits pendant les étés les plus chauds.

Propriétés alimentaires : Fruits comestibles.

Propriétés médicinales : Les racines et les tiges sont employées en médecine traditionnelle chinoise.

 

 

41 – Holboellia latifolia Wall.

Lardizabalaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine (Guizhou, Sichuan, Xiang, Yunnan). Asie tropicale : Bhoutan, Inde (Arunachal Pradesh, Assam, Manipur, Meghalaya, Sikkim, Uttar Pradesh, Bengale occidental), Népal, Pakistan.

Introduction en Europe : Introduit en 1840.

Description : Cette vigoureuse plante grimpante se caractérise par son feuillage persistant et sa croissance assez rapide. Ses feuilles vert foncé, sont composées de 3 à 7 folioles. Elle se distingue de l’espèce coriacea par ses feuilles avec des nervures réticulées plus prononcées.

Propriétés alimentaires : Fruits comestibles.

Propriétés médicinales : Les racines et les tiges sont employées en médecine traditionnelle chinoise.

 

 

42 – Hydrangea quercifolia W. Bartram

Hortensia à feuilles de chêne

Hydrangeaceae

Origine : Amérique du Nord : Sud des États-Unis (Alabama, Floride, Géorgie, Louisiane, Mississippi, Tennessee) et Canada.

Introduction en Europe : Espèce introduite en Angleterre en 1803.

Description : Cet hortensia fleurit sur le bois de l’année précédente, en panicules blanches, dressées ou pendantes, simples ou doubles, selon les variétés. La forme de ses feuilles, relativement grandes et profondément lobées, les fait ressembler à des feuilles de chêne. Arbuste caduc au port compact, avec de superbes feuilles de chêne vert franc, se colorant à l’automne de pourpre, puis de rouge et d’orange. Panicules de fleurs blanches, devenant rose vif en été en fanant.

 

 

43 – Ilex x altaclerensis (hort. ex Loudon) Dallim. ‘Camelliifolia’

Houx altaclerensis ‘Camelliifolia’

Aquifoliaceae

Origine : Hybride d’origine horticole : c’est le résultat d’un croisement entre Ilex aquifolium et Ilex perado. Cultivé depuis 1865.

Etymologie : Son nom dérive d’Alta Clera, nom latin médiéval de Highclere (Berkshire, Grand Bretagne), la maison d’Hampshire des comtes de Carnarvon.

Description : Grand arbuste persistant à croissance vigoureuse. Feuilles vertes, lustrées, devenant rouges en hiver.

 

 

44 – Ilex x koehneana Loes. ‘Chestnut Leaf’

Houx à feuilles de châtaignier ‘Chestnut Leaf’

Aquifoliaceae

Origine : Hybride d’origine horticole : il est issu d’un croisement entre Ilex aquifolium et Ilex latifolia.

Introduction en Europe : Introduit en 1890.

Description : Grand arbuste persistant de croissance vigoureuse. Feuilles coriaces, allongées et dentées comme celles du châtaignier. Port pyramidal. Cultivar femelle fructifiant rouge en octobre-novembre.

 

 

45 – Imperata cylindrica var. rubra

Synonyme Imperata cylindrica ‘Red Baron’

Impérata cylindrique ‘Baron Rouge’

Poaceae

Origine : Horticole. ‘Baron Rouge’ est un cultivar d’obtention japonaise. Le genre Imperata ne comprend qu’une seule espèce Imperata cylindrica (L.) Raeuschel, originaire de l’Asie du Sud-Est (Chine, Japon et Philippines), répandue jusqu’à l’Australie et l’Afrique de l’Ouest, en zones tropicale et subtropicale, sur des sols dégradés excluant rapidement toute autre végétation. Dans certains pays, comme le Bénin et le sud-est des Etats-Unis, elle est considérée comme une « plante invasive ». En effet, sa dispersion s’effectue non seulement par les graines qui sont disséminées par le vent, mais aussi par les rhizomes traçants qui sont favorisés par le travail du sol, notamment le labour. Des campagnes d’éradication sont mises régulièrement en place pour tenter de l’éliminer.

Etymologie : Son nom Imperata lui a été donné en souvenir de l’apothicaire napolitain Ferrante Imperato (1550-1625).

Description : Feuillage persistant, vert acide à vert franc, virant progressivement au rouge sang à rouge cramoisi, de haut en bas. La nervure médiane des feuilles est plus claire, la base des feuilles, cylindrique, est légèrement poilue, et les jeunes pousses sont vertes.

Propriétés médicinales : Dans la pharmacopée traditionnelle chinoise et asiatique, les rhizomes sont réputés pour leurs propriétés anthelminthiques, antibactériennes, anti diarrhéiques, astringentes, digestives, diurétiques, émollientes, fébrifuges, hémostatiques, rafraîchissantes et toniques ; ils sont prescrits pour lutter efficacement contre les staphylocoques dorés et les dysenteries. En association ou non avec d’autres plantes, l’Imperata est prescrit pour traiter les syndromes hémorragiques et, toujours en association avec d’autres plantes, il aurait des propriétés anticancéreuses et antivirales. Les épillets en fleurs sont employés en usage externe dans le traitement des hémorragies et des plaies, prescrit aussi en décoction pour traiter les fièvres, les ictères, les œdèmes et les troubles urinaires.

Usages divers : C’est une plante fourragère. Le chaume est utilisé pour la confection des toitures, de nattes, de sacs et de matériaux d’emballage, ce qui aurait facilité sa propagation à travers le monde.

 

 

46 – Itea ilicifolia Oliv.

Itea à feuilles de houx

Iteaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine (Guizhou, Sichuan, Yunnan).

Introduction en Europe : Introduit après 1895 par Augustine Henry.

Description : Arbuste persistant au port souple. Belles feuilles vert foncé, brillantes, dentées, rappelant le houx. Longs chatons floraux blanc verdâtre, dégageant un parfum de miel en fin d’été.

 

 

47 – Itea virginica L. ‘Henry’s Garnet’

Itéa de Virginie ‘Henry’s Garnet’

Escalloniaceae

Origine : ‘Henry’s Garnet’ a été trouvé par le Dr Mike Dirr dans le campus du Collège Swarthmore, en Pennsylvanie, en 1982. L’espèce Itea virginica est originaire d’Amérique du Nord (Etats-Unis).

Introduction en Europe : Itea virginica a été introduit en 1744.

Description : Arbuste à jolies feuilles, prenant une superbe coloration rouge pourpre en automne. En été, il produit des grappes pendantes comme des chatons, composées de petites fleurs blanches odorantes.

 

 

48 – Jasminum officinale ‘Fiona Sunrise’

Jasmin officinal ‘Fiona Sunrise’ 
Oleaceae

Description : Jasmin à floraison estivale, blanche, très parfumées et au feuillage doré au printemps

 

 

49 – Jasminum nudiflorum Lindl.

Jasmin d’hiver

Oleaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine (Gansu, Shaanxi, Sichuan, Xizang, Yunnan).

Introduction en Europe : Introduit en 1844 par Robert Fortune. Robert Fortune (1812-1880) était un botaniste et voyageur britannique. Il travailla d’abord au jardin botanique d’Édimbourg et plus tard à celui de la Royal Horticultural Society, à Chiswick.

Après le traité de Nankin en 1842, cette Société l’envoya en Chine pour y récolter des plantes. En 1848, un autre voyage, organisé pour le compte de la Compagnie britannique des Indes orientales, lui permit d’introduire en Inde 20 000 pieds de théier. Ses voyages suivants, à Taïwan et au Japon, lui permirent de décrire l’élevage du ver à soie et la culture du riz. Ses voyages permirent l’introduction en Europe de nombreuses espèces ornementales, comme le kumquat, de nombreuses variétés de pivoines, d’azalées et de chrysanthèmes.

Description : Arbuste à port sarmenteux, pouvant atteindre 4 m de hauteur et plus. Floraison abondante en hiver. Les fleurs jaune vif apparaissent avant les feuilles sur les rameaux nus ; elles sont inodores (contrairement à celles des autres jasmins).

 

 

50 – Kniphofia ‘Alcazar’

Asphodelaceae

Origine : Horticole. De nombreux autres cultivars et hybrides ont été développés à partir d’espèces originaires d’Afrique du Sud.

Etymologie : Le genre Kniphofia a été nommé ainsi en l’honneur de Johannes Hieronymus Kniphof (1704-1763), qui était professeur de médecine à l’université d’Erfurt en Allemagne.

Description : Kniphofia ‘Alcazar’ possède un feuillage légèrement bronze et sa hampe florale est rouge flamboyant. D’une manière générale, les Kniphofia ont des fleurs dont la couleur varie du rouge, à l’orange, au jaune ou au vert citron.

 

 

51 – Kniphofia ‘Royal Standard’

Asphodelaceae

Origine : Horticole.

Description : Les boutons floraux des hampes sont écarlates, puis ils s’ouvrent en clochettes étroites, jaune vif.

 

 

52 – Kniphofia uvaria (L.) Oken

Asphodelaceae

Origine géographique : Afrique du Sud.

Description : Vivace à feuilles fortement carénées, légèrement glauques. Grosses grappes denses, portant des fleurs rouges en boutons, s’ouvrant orange, puis jaunes.

 

 

53 – Lezpedeza thumbergii (DC.) Nakai var. thunbergii

Fabaceae

Origine géographique : Japon, Corée, Australie.

Description : Son nom lui à été donné en 1790, par le botaniste André Michaux (1746-1802), en souvenir de Zespedes Céspedes y Velasco qui fut le gouverneur espagnol de l’est de la Floride. Arbuste à floraison tardive et abondante, composé de grappes pourpre violacé. Son feuillage est bleu-vert.

 

 

54 – Leucothoe fontanesiana (Steud.) Sleumer ‘Rainbow’

Ericaceae

Origine géographique : Amérique du Nord : Sud des Etats-Unis (Géorgie, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Tennessee, Virginie).

Introduction en Europe : Introduit en 1793.

Description : ‘Rainbow’ est un cultivar obtenu par les pépinières Hillier à Chandler’s Ford en Angleterre. Arbuste persistant et rustique aux gracieuses branches arquées. Feuilles panachées de crème, de jaune et de rose. Épis pendants de fleurs en clochettes blanches s’épanouissant durant tout le printemps.

 

 

55 – Leucothoe keiskei Miq. ‘Royal Ruby’

Ericaceae

Origine géographique : Asie tempérée de l’Est : Japon (Honshu, Kyushu, Shikoku).

Introduction en Europe : Introduit en 1915 par Ernest Wilson.

Description : Arbuste persistant, au port prostré et aux branches arquées. Au printemps, les fleurs, en petites clochettes blanches, sont regroupées aux extrémités des branches. Les jeunes pousses sont rouge pourpré au printemps, puis vertes en été. En fin d’été, l’ensemble de la plante change complètement de couleur, pour se parer d’un superbe rouge bourgogne tout l’automne et aussi tout l’hiver.

 

 

56 – Lonicera fragrantissima Lindl. & Paxton

Chèvrefeuille odorant

Caprifoliaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine.

Introduction en Europe : Introduit en 1845 par Robert Fortune.

Description : Le genre Lonicera (Chevrefeuille) porte le nom d’un médecin botaniste mayençais du 16ème siècle, Adam Lonitzer botaniste allemand (1528-1586).

Ce genre comprend environ 180 espèces originaires en majorité de l’hémisphère nord. Lonicera fragrantissima est un arbuste compact et dense dont les branches érigées, arquées voire retombantes, se couvrent de petites feuilles vert foncé. Sa longue floraison hivernale se dévoile par des fleurs blanches nacrées, en corolles groupées par deux, très parfumées. On note également les rameaux bruns roux, décoratifs au jardin.

 

 

57- Lonicera involucrata var. ledebourii (Eschsch.) Jeps.

Caprifoliaceae

Origine : Côte de la Californie et du sud de l’Oregon.

Description : C’est un grand arbuste qui peut atteindre 0,5 à 5 m de haut, avec des pousses avec une section transversale quadrangulaire. Les feuilles sont elliptiques, de forme ovale, velues sur les marges et sur le dessous et ont un caractère distinctif brusquement acuminé. Les fleurs sont tubulaires, jaunes orange teinté l’extérieur rouge.

 

 

58 – Lonicera nitida ‘Red Tips’

Chèvrefeuille à feuilles de buis ‘Red Tips’ 

Caprifoliaceae

Origine : Horticole.

Description : Arbuste à petit développement. Jeunes pousses, rouge pourpre brillant, au printemps. Feuillage persistant, vert clair.

 

 

59 – Lonicera nitida ‘Twiggy’

Chèvrefeuille à feuilles de buis ‘Twiggy’

Caprifoliaceae

Origine : Horticole.

Description : Feuillage persistant vert clair à jaune doré.

 

 

60 – Lonicera x purpusii ‘Winter beauty’

Chèvrefeuille arbustif ‘Winter beauty’

Caprifoliaceae

Origine : Horticole. ‘Winter beauty’ est un hybride entre Lonicera fragrantissima et Lonicera standishii. Obtenteur : Alf Alford (Grande-Bretagne) en 1966.

Description : Arbuste arrondi avec des tiges rouge pourpre et des feuilles vert foncé. Fleurs blanches très parfumées en hiver et au début du printemps.

 

 

61 – Loropetalum chinense (R. Br.) Oliv.

Hamamelidaceae

Origine géographique : Asie tempérée de l’Est : Chine (Anhui, Fujian, Guangdong, Guangxi, Guizhou, Hubei, Hunan, Jiangsu, Jiangxi, Sichuan, Yunnan, Zhejiang), Japon (Honshu, Kyushu). Asie tropicale : Inde.

Introduction en Europe : Introduit en 1880 par Charles Marie.

Description : Arbuste persistant peu courant, au port étalé dans sa jeunesse, devenant un gros arbuste arrondi. Importante floraison blanche, proche des hamamélis, principalement en février, mars mais s’étalant presque tout le long de l’année.

Propriétés médicinales : Toute la plante est dépurative, hémostatique et expectorante. Une décoction est utilisée dans le traitement de la toux, de la tuberculose, de la dysenterie, de l’entérite. Les feuilles peuvent être broyées et pulvérisées pour application externe sur les plaies.

 

 

62 - Michelia yunnanensis Franch. ex Finet & Gagnep.

Synonyme de Magnolia laevifolia (Y. W. Law & Y. F. Wu) Noot.

Magnoliaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine (Guizhou, Sichuan, Xiangs, Yunnan).

Description : Petit arbre persistant, rare et rustique. Feuilles étroites, vert foncé, lustrées. Petites fleurs globuleuses blanc crème, parfumées, apparaissant au printemps.

 

 

63 – Mahonia aquifolium (Pursh) Nutt.

Mahonia faux-houx

Berberidaceae

Origine : Amérique du Nord : Etats-Unis (Idaho, Washington Montana, Oregon, Californie) et Canada (Colombie-Britannique).

Etymologie : C’est en l’honneur de Bernard Mc Mahon (1775-1816), botaniste américain, que le mahonia a été nommé ainsi.

Introduction en Europe : L’espèce Mahonia aquifolium a été introduite en 1893.

Description : Le cultivar ‘Atropurpurea’ possède des feuilles vert foncé qui deviennent brun pourpre en hiver. Des grappes denses de fleurs jaunes apparaissent au printemps, suivies de fruits bleu noir en été et en automne.

Propriétés alimentaires : Les fruits en grappe sont consommés crus ou cuits. La pulpe des baies est comestible mais il faut écarter les graines car elles contiennent des traces d’alcaloïdes pouvant, en très grande quantité, causer des troubles mineurs. Malheureusement, il y a relativement peu de chair et beaucoup de graines. Le fruit a une saveur acide, mais il est particulièrement agréable lorsqu’il est ajouté à une bouillie ou dans du muesli. Le goût des fruits cuits ressemble au goût du cassis. Les fruits peuvent aussi être séchés et stockés pour une utilisation ultérieure. Ils sont riches en vitamine C et, avec la pulpe, on peut faire d’excellentes confitures ou gelées au goût acidulé ; en voici la recette : passer dans un moulin à légumes pour séparer les graines (que l’on peut ensuite semer) et récupérer le jus, ajouter autant de sucre que le poids du jus, puis faire cuire doucement, jusqu’à ce que la gelée commence à se figer, lorsqu’on en verse sur une assiette inclinée. Le jus des baies peut aussi servir à fabriquer des vins ou des liqueurs (recettes similaires à celles de la liqueur de cassis).

Propriétés médicinales : Le Mahonia a souvent été utilisé par plusieurs tribus indigènes amérindiennes pour traiter la perte d’appétit et la débilité. Son utilisation actuelle a principalement pour but le traitement de la gastrite et de la faiblesse générale digestive, la stimulation des reins et de la fonction de la vésicule biliaire, et la réduction des problèmes catarrhaux. La racine, ou l’écorce de racine, est altérative, tonique sanguin, cholagogue, diurétique et laxative. Le mahonia améliore la digestion et l’absorption et il est pris en interne dans le traitement du psoriasis, de la syphilis, des hémorragies de l’estomac. Il est utilisé par voie orale dans le traitement de diverses infections intestinales, en particulier la dysenterie bactérienne. En usage externe, il a été utilisé pour faire des gargarismes, afin de soigner les maux de gorge, et pour le lavage des yeux injectés de sang. Le fruit est un excellent laxatif, sans danger. La berbérine, universellement présente dans les rhizomes de Mahonia, a des effets antibactériens et est utilisée comme un tonique amer. Il ne faut pas utiliser, avec le mahonia, des espèces du genre Glycyrrhiza, parce que celles-ci annulent les effets de la berbérine. L’activité anti-tumorale de la berbérine a également été montrée. Les racines sont récoltées en fin d’automne ou au début du printemps et séchées pour une utilisation ultérieure. La racine et l’écorce de la racine sont meilleures récoltées à l’automne.

Usages divers : Un colorant jaune est obtenu à partir de la couche interne de l’écorce de la tige et des racines. Des colorants vert foncé, violet et bleu foncé sont obtenus à partir des fruits. Un colorant vert est extrait des feuilles.

 

 

64 - Mahonia aquifolium (Pursh) Nutt. ‘Atropurpurea’

Mahonia faux-houx ‘Atropurpurea’

Berberidaceae

Origine : ‘Atropurpurea’ est cultivé depuis 1915.

 

 

65 – Mahonia x wagneri (Jouin) Rehder ‘Undulata’

Berberidaceae

 

 

66 – Mahonia bealei

Berberidaceae

Origine géographique : Chine.

Introduction en Europe : Introduit en Europe en 1845.

Description : Le Mahonia bealei offre une spectaculaire floraison en janvier sous forme d’épis jaune citron parfumés pouvant mesurer jusqu’à 30 cm de long. Le feuillage du mahonia bealei s’apparente à celui du houx. De mai à juillet des fruits bleu noir attirent les oiseaux.

 

 

67 – Mahonia japonica (Thunb.) DC.

Berberidaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Taïwan, Japon.

Description : Grandes feuilles de 30 cm de long. En hiver, dès le mois de janvier, grandes inflorescences dressées, de 15 à 25 cm, jaunes, parfumées.

 

 

68 – Mahonia japonica (Thunb.) DC. ‘Hivernant’

Berberidaceae

Description : Ce mahonia a les feuilles vert foncé, veinées de jaune et ses grappes de fleurs sont jaune pâle et parfumées. La base de chaque fleur est couleur prune.

 

 

69 – Mahonia aquifolium (Pursh) Nutt. ‘Smaragd’

Berberidaceae

Description : Variété récente, à feuillage satiné, vert ultra foncé. Sa floraison en panicules denses,  jaune citron est très intéressante. Il est plus vigoureux que ‘Apollo’ dont il est très proche. Il forme un buisson de 1 m en tous sens.

 

 

70 – Mahonia bealei ‘Gold Dust’

Berberidaceae

 

 

71 – Mahonia x media C. D. Brickell ‘Charity’

Berberidaceae

Origine : Horticole. Hybride entre M. japonica et M. lomariifolia, obtenu par Sir Eric Savill et Mr Hope Findlay, à Savill Garden, Windsor, à partir des graines récoltées par Slieve Donard Nursery, Irlande du Nord, en 1950.

Description : Arbuste de 2 à 3 mètres de hauteur. La floraison généreuse a lieu en hiver et consiste en une bonne quinzaine de grappes semi-dressées, de 20 à 35 cm de long, jaune intense à jaune citron, parfumées. Le feuillage persistant est extrêmement décoratif : vernissé, épineux, vert foncé lustré dessus, vert jaunâtre au revers, il a une forme graphique très marquée. Les nervures sont très apparentes à la face inférieure des feuilles.

 

 

72 – Mahonia x media C. D. Brickell ‘Winter Sun’

Berberidaceae

Origine : Cultivar obtenu par Slieve Donard Nursery, Irlande du Nord.

Description : Selon les années, la floraison hivernale, qui dure environ deux mois, peut apparaître plus ou moins tôt, dès novembre, et durer jusqu’en février. Léger parfum, assez proche de celui du muguet.

 

 

73 – Mahonia x wagneri (Jouin) Rehder ‘Pinacle’

Berberidaceae

Description : Mahonia hybride entre Mahonia aquifolium x Mahonia pinnata. Les jeunes feuilles de ce mahonia sont bronze, puis deviennent vert vif en vieillissant. Il produit des grappes compactes de fleurs jaunes, suivies de baies sphériques noir bleuté.

 

 

74 – Michelia x foggi (Lour.) Spreng. ‘Jack Fogg’

Magnoliaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine (Anhui, Guangdong, Guangxi, Jiangxi, Zhejiang).

Introduction en Europe : Introduit en 1789.

Description : Michelia figo ‘Jack Fogg’ est une variété particulièrement florifère produisant une floraison blanche finement bordée de rose violâtre en avril et mai.

Propriétés alimentaires : Les feuilles sont utilisées pour préparer un thé aromatique.

 

 

75 – Miscanthus sinensis ‘Gracillimus’

 Eulalie, Roseau de Chine ‘Gracillimus’

Poaceae

Origine : Horticole, ‘Gracillimus’ est un très ancien cultivar. L’espèce Miscanthus sinensis est d’origine asiatique.

Description : Les roseaux de chine, Miscanthus sinensis, ont de longues et fines feuilles retombantes qui forment une touffe compacte des plus gracieuses, au-dessus de laquelle viennent fleurir, en fin d’été, des épis dressés en fins plumeaux, d’abord verts, puis bruns ou rouille, aux reflets argentés, finissant jaune paille.

Le cultivar ‘Gracillimus’ prend l’allure d’une douce fontaine, gracieusement arrondie, pouvant atteindre les deux mètres de hauteur. Ses feuilles sont très étroites et incurvées, avec une nervure centrale blanche ; elles virent au bronze en automne. Sa floraison en épis rouge cuivre intervient tardivement.

 

 

76 – Miscanthus sinensis ‘Purpurascens’

Eulalie, Roseau de Chine ‘Purpurascens’

Poaceae

Origine : Horticole.

Description : Le Miscanthus sinensis ‘Purpurascens’ a un port dressé. Son feuillage, vert au printemps, vire aux plus belles couleurs rouges orangées, puis cuivre en fin d’automne. Le tout est surmonté d’une floraison argentée.

 

 

77 – Miscanthus sinensis Andersson ‘Cosmopolitan’

Eulalie, Roseau de Chine ‘Cosmopolitan’

Poaceae

Origine : Horticole. Obtenteur : Toyoichi Aoki (Japon) 1940.

Description : Elégant, panaché de blanc, fleurs brun-rouge à dorées.

 

 

78 – Miscanthus sinensis Andersson ‘Morning Light’

Eulalie, Roseau de Chine ‘Morning Light’

Poaceae

Origine : Horticole ; connu depuis plus d’un siècle.

Description : Feuilles incurvées, très étroites, avec la nervure centrale et les bords blancs, ce qui lui donne un aspect argenté. Floraison d’abord rose argenté, puis blanche.

 

 

79 – Morus alba L. ‘Pendula’

Mûrier pleureur

Moraceae

Origine : Horticole. Le cultivar ‘Pendula’ à été trouve en Italie vers 1890.

Description : Le mûrier blanc (Morus alba L.), ou mûrier commun, est un arbre fruitier. Il fut largement cultivé pour ses feuilles, aliment exclusif du ver à soie.

Arbre pleureur à branches très retombantes. Feuilles vert clair devenant jaune d’or à l’automne. Il produit des fruits comestibles, mais insipides, blancs, puis roses et rouges presque noirs à maturité.

 

 

80 – Nandina domestica Thunb.

Bambou sacré

Berberidaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine, Japon (Honshu, Kyushu, Shikoku). Naturalisé en Amérique du Nord : Etats-Unis.

Description : Feuilles vertes devenant orangées à pourpres à l’automne en situation ensoleillée. Fleurs blanches en panicules érigées en début d’été, parfois suivies d’une belle fructification rouge.

Propriétés médicinales : Le bambou sacré est cultivé comme plante médicinale au Japon et en Corée. Ses fruits sont cuits et utilisés contre l’asthme. Les feuilles contiennent des alcaloïdes et montrent des effets stimulants.

Usages divers : Au Japon, un colorant brun est extrait de la plante pour teindre les vêtements. Le bois de cet arbuste, aromatique et à grain fin, servait à la fabrication des baguettes de table, en Chine. Cette plante est aussi utilisée pour la confection de bouquets d’Ikebana (art floral), au Japon. Le bambou sacré est le symbole de la purification chez les taoïstes, qui le considèrent comme une plante sacrée et le plantent autour de leurs temples.

 

 

81 – Ophiopogon planiscapus Nakai ‘Niger’

Barbe de serpent ‘Niger’

Liliaceae

Origine : Horticole. Les Ophiopogon sont originaires du Japon, de l’Himalaya.

Description : Ophiopogon planiscapus ‘Niger’ est une plante vivace couvre-sol, formant des touffes à feuillage étroit et persistant. Ses feuilles fines sont d’un noir profond. De croissance lente, il ne dépasse pas les 20 cm de haut. De juin à août, floraison lilas, suivie de fruits ronds et noirs.

 

 

82 – Osmanthus delavayi Franch. ‘Latifolius’

Oleaceae

Origine : Cultivar d’origine méconnue. L’espèce Osmanthus delavayi est originaire d’Asie tempérée : Chine (Guizhou, Sichuan, Yunnan).

Introduction en Europe : Osmanthus delavayi a été introduit par l’abbé Delavay en 1890.

Description : Arbuste rustique au port arrondi et au feuillage persistant. Feuilles vert foncé, plus grandes que dans l’espèce sauvage. Très nombreuses petites fleurs blanches parfumées, apparaissant en avril.

 

 

83 – Osmanthus heterophyllus (G. Don) P. S. Green ‘Gulftide’

Oleaceae

Origine : Cultivar issu d’une espèce originaire d’Asie tempérée : Japon (Honshu, Kyushu, Iles

Ryükyü, Shikoku), Taïwan.

Introduction en Europe : Introduit en 1856 par Thomas Lobb.

Description : Arbuste au feuillage persistant et au port érigé et étroit. Feuilles épineuses vert foncé. Petites fleurs blanches parfumées en automne.

Usages divers : Utilisé pour fabriquer des petits meubles, des jouets.

 

84 – Osmanthus x burkwoodii (Burkwood & Skipwith) P. S. Green

Osmanthe de Burkwood

Oleaceae

Origine : Horticole. Hybride entre Osmanthus decorus et Osmanthus delavayi, obtenu par Burkwood et Skipwith en 1930.

Description : Arbuste dense à feuillage persistant, vert sombre, brillant. Profusion de petites fleurs blanches, très parfumées, en petits bouquets.

 

 

85 – Panicum virgatum L. ‘Haense Herms’

Panic effilé ‘Haense Herms’

Poaceae

Origine : Horticole. Le genre Panicum est composé d’environ 500 espèces originaires des régions chaudes, d’Amérique du Nord.

Description : Panicum virgatum ‘Haense Herms’ a un port semi-retombant. Son feuillage, vert au printemps, devient bronze mordoré en été, puis rouge flamboyant tout l’automne.

 

 

86 – Panicum virgatum L. ‘Heiliger Hain’

Panic effilé ‘Heiliger Hain’

Poaceae

Origine : Horticole.

Description : Cette Poacée (anciennement : Graminée) a un port érigé et un feuillage vert pâle au printemps, puis bleuté et marqué de violet pourpre en automne. Ses fleurs rouges apparaissent en fin d’été. Superbes teintes automnales tout en dégradé de pourpre et de violacé.

 

 

87 – Panicum virgatum L. ‘Prairie Sky’

Panic effilé ‘Prairie Sky’

Poaceae

Origine : Horticole.

Description : La qualité première du Panicum virgatum ‘Prairie Sky’ est son feuillage parfaitement bleuté au printemps et en été, qui devient jaune paille en automne. Il se présente sous la forme de touffes dressées. À la fin de l’été, s’épanouissent des inflorescences en fines panicules rouge foncé.

 

 

88 – Phormium ‘Alison Blackman’

Lin de Nouvelle Zélande ‘Alison Blackman’

Xanthorrhoeaceae

Origine : Horticole. Le botaniste néo-zélandais Barry Blackman lui a donné le nom de sa fille.

Description : Feuilles couleur chocolat, bordées de jaune, avec un fin liseré rouge. Hauteur : 1,50 mètre.

 

 

89 – Phormium ‘Apricot Queen’

Lin de Nouvelle Zélande ‘Apricot Queen’

Synonyme ‘Copper beauty ‘

Xanthorrhoeaceae

Origine : Horticole.

Description : Feuilles couleur abricot, rayées de vert, à fine bordure rouge. Hauteur : de 1 à 2 mètres.

 

 

90 – Phormium ‘Golden Ray’

Lin de Nouvelle Zélande ‘Golden Ray’

Xanthorrhoeaceae            

Origine : Horticole.

Description : Feuilles érigées, vertes, bordées de jaune et d’un fin liseré orange. Hauteur : 1,50 m.

 

 

91 – Phormium ‘Margaret Jones’

Lin de Nouvelle Zélande ‘Margaret Jones’

Xanthorrhoeaceae

Origine : Horticole.

Description : Feuilles érigées, roses, bordées de brun. Hauteur : 1 mètre.

 

 

92 – Phormium ‘Sundowner’

Lin de Nouvelle Zélande ‘Sundowner’

Xanthorrhoeaceae

Origine : Horticole.

Description : Les feuilles sont vert bronze, bordées de rose foncé. Hauteur : 2 mètres.

 

 

93 – Phormium tenax J. R. Forst. & G. Forst ‘All Black’

Lin de Nouvelle Zélande ‘All Black’

Xanthorrhoeaceae

Origine : Horticole ; obtenteur : Hillier Nurseries (Grande-Bretagne). L’espèce Phormium tenax est originaire d’Australie et de Nouvelle-Zélande.

Description : Plante vivace, de taille moyenne (2 mètres), au port érigé, aux feuilles simples, linéaires, très longues et arquées, de couleur presque noire, avec une nervure centrale violette pourpre sombre. Épis dressés de fleurs tubulaires de couleur rouge.

Propriétés alimentaires : La pulpe des feuilles de Phormium tenax, une fois la fibre enlevée, peut être fermentée pour obtenir de l’alcool. Les graines grillées sont utilisées comme un substitut de café. Un nectar comestible est obtenu à partir des fleurs et une gomme comestible à partir de la base des feuilles.

Propriétés médicinales : L’extrait de racine est purgatif et antihelminthique.

Usages divers : Déjà utilisé par les Maoris, Phormium tenax est maintenant cultivé comme plante à fibres, essentiellement en Nouvelle-Zélande, Argentine et Afrique du Sud, et de manière plus limitée en Australie, Afrique, USA, Mexique, Uruguay, Brésil, Chili, Açores, Europe méridionale, Inde, Java, Taïwan et Japon.

En effet, les feuilles de cette plante contiennent 12 à 14 % de fibres semblables à celles du lin, mais plus extensibles. Ces fibres ont été utilisées pour la production de papier au milieu du XIXe siècle. Elles peuvent également être utilisées pour la fabrication de cordes, de ficelles, de tissus fins et pour la vannerie.

Les feuilles sont récoltées en été, elles sont grattées, pour enlever la partie externe de la peau, et sont ensuite trempées dans l’eau, pendant 2 heures, avant la cuisson. Les fibres sont cuites pendant 24 heures avec de la lessive, puis battues dans un broyeur à boulets pendant 4 heures.

L’huile des graines est utilisée dans la fabrication de peintures et de vernis.

 

 

94 – Phormium tenax J. R. Forst. & G. Forst ‘Jester’

Lin de Nouvelle Zélande ‘Jester’

Xanthorrhoeaceae

Origine : Horticole.

Description : Feuillage persistant ; feuilles avec une large bande centrale rouge et bronze, marginées de vert clair. Floraison en panicule blanche.

 

 

95 – Photinia x fraseri Dress ‘Pink marble’

Rosaceae

Origine : Horticole.

Description : Arbuste à développement lent. Jeunes pousses pourpres marbrées de rose au printemps, puis beau feuillage persistant panaché crème et vert.

 

 

96 – Photinia x fraseri Dress ‘Little Red Robin’

Photinia nain ‘Little Red Robin’

Rosaceae

Origine : Horticole, hybride issu du croisement entre P. glabra et P. serratifolia. Obtenu en Italie. Récemment introduit en France. Le genre Photinia compte 60 espèces, originaires de l’Himalaya, d’Extrême-Orient et d’Asie du Sud-Est.

Etymologie : Le nom Photinia vient du grec « photeinos » qui signifie « lumineux », faisant référence aux feuilles persistantes brillantes.

Description : Le Photinia nain ‘Little Red Robin’ est un clone à port dressé, atteignant un mètre de hauteur, persistant, à petites feuilles vert foncé. Ses jeunes pousses sont d’un magnifique rouge foncé. Floraison en cymes blanches au printemps. Fleurs parfumées.

 

 

97 – Pittosporum daphniphylloides Hayata

Pittosporaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine (Guizhou, Hubei, Hunan), Taïwan.

Introduction en Europe : Introduit par Ernest Wilson en 1904.

Description : Grand arbuste persistant, aux grandes feuilles vert foncé, atteignant jusqu’à 23 cm. Fleurs crème, délicieusement parfumées, d’avril à juillet.

 

 

98 – Polygonum scoparium Req. ex Loisel.

Polygonaceae

Origine géographique : Corse, Sardaigne.

Description : Plante vivace à rameaux dressés et ramifiés, de couleur vert olive, formant un buisson nu, pratiquement sans aucune feuille. Les minuscules fleurs blanches rosées sont portées en petits épis lâches

 

 

99 – Poncirus trifoliata (L.) Raf.

Citronnier épineux

Rutaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine (Anhui, Gansu, Guangdong, Guangxi, Guizhou, Henan, Hubei, Hunan, Jiangsu, Jiangxi, Shaanxi, Shandong, Shanxi, Zhejiang).

Introduction en Europe : Introduit en 1850.

Description : Le citronnier épineux possède des feuilles trifoliées caduques et une tige très épineuse. Il produit un petit fruit jaune orangé appelé « poncire », contraction de « pomme de Syrie » ou « pomme de cire », appelée aussi « pomme de Médée », nom que l’on donnait autrefois au cédrat. Ce fruit est de la taille d’une balle de golf et, bien que présentant un curieux duvet sur son écorce, c’est néanmoins un agrume.

Propriétés alimentaires : Indigestes à l’état cru (à cause de leur amertume, causée en partie par la poncirine), les fruits peuvent être accommodés et préparés sous diverses formes après cuisson. On en fait, entre autres, une sorte de vin et des confitures, notamment en Chine. Malgré leur saveur amère et âcre, ils peuvent être utilisés pour faire une marmelade. Les fruits sont utilisés comme épice. Ils sont également utilisés pour préparer une boisson rafraîchissante. La peau des fruits peut être utilisée comme un aromatisant. Les jeunes feuilles bouillies sont également consommées.

Propriétés médicinales : Le citronnier épineux est utilisé dans le traitement de la dyspepsie, de la constipation et de la distension abdominale, de la sensation de congestion dans la poitrine, du prolapsus de l’utérus, du rectum et de l’estomac. Les épines sont utilisées dans le traitement des maux de dents. L’écorce de la tige est utilisée dans le traitement du rhume. Les fruits contiennent un certain nombre de constituants médicalement actifs, y compris des flavonoïdes, coumarines, monoterpènes et alcaloïdes ; avec l’endocarpe et la graine, ils sont carminatifs, désobstruant et expectorants. Le fruit non mûr est antidiarrhéique, antiémétique, antispasmodique, désobstruant, digestif, diurétique, laxatif, stimulant, stomachique et vasoconstricteur.

Usages divers : La SNCF teste son utilisation comme haie défensive depuis juillet 2009.

 

 

100 – Rubus ‘Gongga’

Rosaceae

Origine géographique : Chine

Introduction en Europe : Espèce introduite par les pépinières des Avettes, France, assez récemment (2010)

Description : Espèce couvre-sol qui nous vient des montagnes Gongga dans le Sichuan en Chine. « Nos plants n’ont encore jamais fleuri, donc nous ne connaissons pas encore la couleur des fleurs et le goût des fruits. Cependant, dans notre jardin, elle se comporte en bon couvre-sol à croissance rapide. Elle garde ses feuilles en hiver et n’est pas épineuse. Son feuillage est superbe avec ses nervures marquées et son limbe variablement « déchiqueté ». Sans doute proposée à la vente pour la première fois ».

 

 

101 – Rubus tricolor Focke

Ronce tricolore

Rosaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine (Sichuan, Yunnan).

Introduction en Europe : Espèce découverte par l’Abbé Delavay et introduite par Ernest H. Wilson en 1908.

Description : Port prostré et tapissant. Cette ronce rampante a un beau feuillage persistant, lustré, et produit de jolies fleurs blanches. Ses tiges sont couvertes de soies rouges.

Propriétés alimentaires : Ses fruits sont comestibles.

 

 

102 - Rubus rubrisetulosus

Rosaceae

Origine géographique : Chine.

Introduction en Europe : Espèce introduite par les pépinières des Avettes, France, assez récemment (2010).

Description : Petit Rubus rampant à feuilles arrondies vert brillant. Ses tiges courent sur le sol et le feuillage ne dépasse pas 5 cm de haut. Au printemps, de nombreuses et grandes fleurs blanches apparaissent au-dessus du feuillage. Elles sont suivies de mures rouges et comestibles.

 

 

103 - Rubus pinnatisepalus

Rosaceae

Origine géographique : Chine.

Introduction en Europe : Espèce introduite par les pépinières des Avettes, France, assez récemment (2010)

Description : Proche de l’espèce Rubus setchuenensis, cette plante provient également des montagnes du Sichuan en Chine. Ses fleurs ne sont pas très ornementales mais elles sont suivies par des mures comestibles rouges (noires chez l’espèce setchuenensis).

 

 

104 – Salix caprea L. ‘Kilmarnock’

Saule Marsault pleureur ‘Kilmarnock’

Salicaceae

Origine géographique : Sud-ouest de l’Écosse.

Introduction en Europe : Découvert au bord de la rivière Ayr autour de 1850.

Description : Petit arbre pleureur. Feuilles oblongues, un peu ondulées, à pointe recourbée, vert vif dessus, grisâtres dessous. Chatons gris et soyeux à anthères jaunes, avant les feuilles.

 

 

105 – Salix magnifica Hemsl.

Salicaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine (Sichuan, Yunnan).

Introduction en Europe : Introduit par Ernest H. Wilson en 1909.

Description : Grand arbuste, feuilles vert foncé, assez grandes, qui proviennent de beaux bourgeons rouges, qui sont attrayants, même quand il n’y a pas de feuilles.

 

 

106 – Sarcococca confusa Sealy

Buxaceae

Origine géographique : Ouest de la Chine.

Introduction en Europe : Introduit en 1916.

Description : Cet arbuste, à la floraison hivernale délicieusement parfumée, est de croissance lente.

 

 

107 – Sarcococca hookeriana Baill.

Buxaceae

Origine géographique : Chine, Inde.

Introduction en Europe : Introduit par Ernest H. Wilson en 1907.

Description : Arbuste drageonnant, formant un massif dense. Groupes de fleurs blanches, délicieusement parfumées, suivies de fruits noirs globuleux. Feuilles minces, effilées.

 

 

108 – Sinocalycanthus chinensis Cheng S.Y.

Calycanthaceae

Origine géographique : Chine : Zhejiang. Arbuste endémique de la province du Zhejiang où il a été découvert entre Chayuanyuan à Longmenkeng à Shunxiwu dans l’Ouest de la région de Lin’an et sur la montagne Dalei à l’Est de la région de Tiantai. Il a été ensuite découvert à Kuliwan, sur la montagne de Daming et Qianmutian également dans l’Ouest de la région de Tiantai.

Introduction en Europe : Il a été découvert au début des années 60.

Description : arbuste de 1 à 3 m de haut. Chaque printemps, il déploie des grandes feuilles largement ovales suivies de fleurs blanches et jaunes très originales et décoratives. Il fleurit bien tous les ans et fructifie abondamment, donnant des graines viables.

 

 

109 – Sorbaria sorbifolia (L.) A. Braun ‘Sem’ (PBR)

Fausse spirée à feuilles de sorbier ‘Sem’ (PBR)

Rosaceae

Origine : Horticole. ‘Sem’ est un cultivar issu de l’espèce Sorbaria sorbifolia, qui croît à l’état sauvage de l’Oural jusqu’au Kamtchatka et au Japon.

Introduction en Europe : Sorbaria sorbifolia fut introduite en Europe occidentale en 1759.

Description : Ce nouveau cultivar a un port compact ; il est intéressant pour les couleurs de ses nouvelles feuilles, rose pourpré virant au chartreux.

 

 

110 – Spartium junceum L.

Genêt d’Espagne

Fabaceae

Origine géographique : Afrique du Nord : Algérie, Libye, Maroc, Tunisie. Asie tempérée : Israël, Liban, Turquie, Syrie, Azerbaïdjan, Géorgie. Europe : Albanie, ex-Yougoslavie, Grèce, Italie, France, Portugal, Espagne.

Etymologie : Son nom Spartium vient du grec « spartos », mot qui désigne un lien, une corde, pour nous rappeler l’usage de ses tiges, et son nom spécifique junceum désigne le jonc, pour nous préciser que ses tiges cylindriques ressemblent aux feuilles du jonc.

Description : Arbuste à fleurs jaune vif, odorantes, en grappes terminales ; ses tiges, souvent sans feuilles, restent vertes une bonne partie de l’année. Cette plante, qui colonise souvent les friches et supporte autant les grandes sécheresses que les grands froids, peut atteindre (et parfois dépasser) 3 m de hauteur.

Propriétés médicinales : La plante est un diurétique efficace et puissant. Les tiges des jeunes pousses florifères herbacées sont récoltées au printemps, généralement en mai. Elles peuvent être utilisées (avec prudence) fraîches ou séchées et sont cardiotoniques, cathartiques, diurétiques, émétiques et purgatives. Les graines peuvent parfois être utilisées, mais dans certaines conditions, car, comme les gousses qui les contiennent, elles sont très toxiques.

Usages divers : Le genêt d’Espagne est un substitut du chanvre. Depuis longtemps les fibres des tiges sont utilisées pour la vannerie. Ces fibres ont également été utilisées pour faire des cordes et des tissus, ainsi que pour le rembourrage des coussins et pour la fabrication du papier. Ces mêmes fibres végétales, sont utilisées aujourd’hui pour renforcer des polypropylènes, pour confectionner des fils, fibres textiles et films thermoplastiques. Les tiges ont souvent servi à fabriquer des balais. Une huile essentielle, obtenue à partir des fleurs, est utilisée en parfumerie.

 

 

111 – Stachyurus praecox Siebold & Zucc.

Stachyuraceae

Origine : Japon.

Description : Arbuste à rameaux arqués et à pousses rouge violacé. Grappes pendantes de fleurs jaune verdâtre pâle avant l’apparition des feuilles vert foncé, pointues.

 

 

112 – Styrax japonica

Styracaceae

Origine : Japon, Chine, Corée

Description : Arbre à feuilles ovales, luisantes, vert foncées, devenant jaune ou rouge en automne. Profusion de fleurs parfumées, blanches, teintées de rose, pendantes, en forme de cloche. Port très gracieux.

 

 

113 – Viburnum ‘Le Bois Marquis’ cov

Viorne Le Bois Marquis

Caprifoliaceae

Origine : Horticole. Obtenu par Maurice Laurent, pépiniériste français.

Description : Arbuste semi-persistant aux feuilles luisantes, brun-vert au printemps, puis prenant des couleurs extraordinaires rouge violine à l’automne. En juin apparaissent des panicules denses de petites fleurs blanc crème, suivies de fruits rouge vif.

 

 

114 – Viburnum cinnamomifolium Rehder

Viorne à feuilles de Cinnamomum

Caprifoliaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine.

Introduction en Europe : Introduit par Ernest H. Wilson en 1904.

Description : Feuillage persistant. De longues feuilles effilés, profondément nervurées, d’un vert sombre et brillant, sont portées par des pétioles rougeâtres. La floraison blanche, en cymes, précède une belle fructification bleu-noir.

 

 

115 – Viburnum davidii Franch.

Viorne de David

Caprifoliaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine.

Description : Arbuste à floraison printanière, s’épanouissant en corymbes terminaux blanc rosé. Celle-ci est suivie d’une fructification hivernale originale, en baies bleu acier. Les feuilles ovales persistantes possèdent trois nervures centrales aboutissant à un pétiole rouge.

 

 

116 – Viburnum henry Hemsl.

Viorne henry

Caprifoliaceae

Origine géographique : Asie.

Introduction en Europe : Découvert par Augustine Henry et introduit par E. H. Wilson en 1901.

Description : Feuillage semi-persistant, feuillage vert bronzé, long et dentelé. Il fleurit abondement en mai puis produit des graines en été.

 

 

117 – Viburnum x hillieri Stearn ‘Winton’

Viorne hillieri ‘Winton’

Caprifoliaceae

Origine : Horticole. Hybride entre V. erubescens et V. henry obtenu par la pépinière Hillier en 1950. ‘Winton’ a été obtenu en 1956.

Description : Arbuste de taille moyenne aux feuilles semi-persistantes, d’abord bronze, puis vert foncé lustré, prenant de belles couleurs automnales roses, pourpres et écarlates. Il produit des panicules de fleurs en clochettes blanches, odorantes, suivies de petits fruits ovales, de couleur rouge, virant au noir.

 

 

118 – Viburnum x globosum Coombes ‘Jermyns Globe’

Viorne ‘Jermyns Globe’

Caprifoliaceae

Origine : Horticole. Viburnum x globosum est un hybride entre V. davidii et V. calvunnm, obtenu par la pépinière Hillier, à Winchester en 1964. ‘Jermyns Globe’ est une obtention de la même pépinière à partir de graines de Viburnum x globosum.

Description : Arbuste à feuilles persistantes, brillantes. Corymbes de fleurs blanches suivies de fruits ovoïdes, en grappes, de couleur bleu métallique.

 

 

119 – Vinca major L. ‘Alba’

Grande pervenche

Apocynaceae

Origine géographique : Europe, Asie tempérée.

Description : Feuillage persistant. Port Tapissant.

 

 

120 – Xanthoceras sorbifolium Bunge

Sapindaceae

Origine géographique : Chine.

Introduction en Europe : Introduit par le Père David en 1868.

Description : Arbuste décoratif, en raison de sa floraison abondante.

 

 

121 – Yucca recurvifolia ‘Banana Split’®

Yucca ‘Banana Split’®

Asparagaceae

Origine géographique : Obtention américaine à partir du Yucca recurvifolia.

Description : Petit Yucca superbe et lumineux pour ses feuilles courbes et flexibles, jaunes au centre avec des bords vert gris.

 

 

122 – Yucca filamentosa L. ‘Bright Edge’

Asparagaceae

Origine géographique : Amérique du Nord : États-Unis (Virginie-Occidentale, Alabama, Floride, Géorgie, Louisiane, Maryland, Mississippi, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Virginie).

Etymologie : Yucca vient d’une déformation du terme Yuca, nom donné par les Indiens des Caraïbes, qui l’ont confondu avec le manioc.

Introduction en Europe : Cultivé depuis 1675.

Description : Yucca filamentosa ‘Bright Edge’ est une plante aux feuilles largement bordées de jaune. En été, floraison haute, pouvant atteindre 2 mètres, avec des fleurs blanches en forme de clochettes.

Propriétés alimentaires : Les Yuccas ont tenu une place importante très tôt dans l’agriculture mexicaine et indienne. On fabrique des boissons plus au moins sucrées ou alcoolisées avec leurs feuilles et on en consomme les fleurs et les « congolos » (cœurs de la touffe verte).

Usages divers : Ce qui fit l’intérêt premier de cette plante, et pendant des millénaires, fut sa fibre, pour la fabrication de cordages et de tissus. Des recherches archéologiques démontrent l’usage de ces fibres depuis plus de 9000 ans. Le feuillage est considéré comme fourrage de survie pour le bétail.

 

 

123 – Yucca filamentosa L. ‘Color Guard’

Asparagaceae

Origine : Horticole.

Description : Ce cultivar est un yucca aux feuilles vert bleuté, avec une large bande jaune crème au centre.

 

 

124 – Yucca filamentosa L. ‘Golden Sword’

Asparagaceae

Origine : Horticole.

Description : Belle plante persistante, avec des feuilles en rosette, jaune doré, bordées d’un vert foncé brillant ; la base des feuilles peut devenir rouge au soleil. En été, floraison haute de 1,3 mètre, avec des fleurs parfumées blanc ivoire, en forme de clochettes.

 

 

125 – Yucca gloriosa L. ‘Variegata’

Asparagaceae

Origine : Horticole.

Description : Arbuste persistant à croissance lente, pouvant atteindre 2 mètres de haut. Longues feuilles lancéolées vert bleuté.

 

 

126 – Yucca rostrata Engelm. ex Trel.

Asparagaceae

Origine géographique : Mexique (Chihuahua, Coahuila).

Description : Ce Yucca se présente sous la forme un arbuste sur tronc de 2 à 5 m de hauteur. Ses feuilles sont fines, bleutées, à marges jaunes, et munies d’une épine terminale acérée. L’ensemble des feuilles forme une tête sphérique très décorative. Les feuilles sèches forment une jupe autour du tronc.

 

 

127 – Zanthoxylum piperitum (L.) DC.

Poivre de Sichuan

Rutaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine, Japon (Hokkaido, Honshu, Kyushu, Shikoku), Corée.

Introduction en Europe : La culture du poivre de Sichuan est traditionnelle en Chine centrale et au Japon depuis la nuit des temps. Le poivrier de Sichuan a été découvert et rapporté à Venise par Marco Polo au XIIIe siècle ; il y a alors fait fureur dans la cuisine des demeures nobles de la Cité des Doges. Le poivrier de Sichuan a ensuite disparu jusqu’au XIXe siècle, époque bénie des botanistes, chercheurs et autres curieux, qui acclimataient toutes sortes de plantes en provenance des pays lointains. C’est grâce à ces botanistes que le poivre de Sichuan fut redécouvert (sous le nom de clavalier) et eut sa place d’honneur dans les jardins botaniques français.

Description : Le poivrier de Sichuan est un arbuste épineux à feuillage caduc très odorant. Ordinairement haut de 3 ou 4 m, on peut lui faire conserver une forme plus ramassée par la taille. Très décoratif au printemps et surtout à l’automne par sa fructification et son feuillage qui prend de somptueuses teintes rose pâle, mauves et pourpres. Avec l’âge, les épines du tronc et des branches deviennent remarquables.

Propriétés alimentaires : C’est seulement depuis les années 1980 que les cuisiniers en font grand cas dans la gastronomie française. Traditionnellement la graine est cuite, réduite en poudre et utilisée comme un condiment, un substitut au poivre (Piper nigrum) ; le fruit peut aussi être utilisé. Il est souvent chauffé afin de faire ressortir toute sa saveur et peut être mélangé avec du sel, comme condiment de table. Les fruits, rôtis à sec, sont un des ingrédients de l’aromate chinois appelé « cinq épices ». L’écorce et les feuilles sont également utilisées comme épice. Les jeunes feuilles sont comestibles crues ou cuites ; elles sont utilisées dans les soupes ou comme assaisonnement dans les salades.

Propriétés médicinales : Le fruit contient une huile essentielle, des flavonoïdes et des alcaloïdes (isoquinoléine). Il a des propriétés vermifuges, antibactériennes, antifongiques et stomachiques. Il est utilisé en Corée dans le traitement de la tuberculose, des dyspepsies et contre les parasites internes. La résine contenue dans l’écorce, et surtout dans celle des racines, est puissamment stimulante et tonique.

 

 

128 – Zanthoxylum simulans

Clavalier à feuilles de frêne

Rutaceae

Origine géographique : Chine, Japon.

Introduction en Europe : Cultivé depuis 1877.

Description : Arbuste étalé, armé de fortes épines, aux feuilles composées aux belles couleurs automnales. Ses minuscules fleurs vertes produisent des petits fruits rouges qui se fendent pour exhiber des graines noires et lustrées

Propriétés alimentaires : Remplace le poivre pour aromatiser des viandes et des volailles en Chine et au Japon. À ne pas confondre avec le Schinus molle qui donne le faux poivre ou « baies roses ».

 

 

129 – Zanthoxylum schinifolium Siebold.& Zucc.

Clavalier à feuilles de Schinus

Rutaceae

Origine géographique : Asie tempérée : Chine (Fujian Anhui, du Guangdong, Guangxi, Guizhou, Hebei, Henan, Hubei, Hunan, Jiangsu, Jiangxi, Liaoning, Shandong, Zhejiang), Japon (Honshu, Kyushu, îles Ryükyü, Shikoku), Corée, Taïwan.

Introduction en Europe : Cultivé depuis 1877.

Description : Arbuste dioïque, épineux, avec des feuilles composées pennées et des corymbes de fleurs unisexuées (sur des plantes séparées).

Propriétés alimentaires : Remplace le poivre pour aromatiser des viandes et des volailles en Chine et au Japon. À ne pas confondre avec le Schinus molle qui donne le faux poivre ou « baies roses ».